ACM MEDIAS

AGENCE DE PRESSE AFRIQUE CANADA MONDE

Friday, 06.25.2021, 06:39 AM (GMT)

MONDE » Afrique

Mali : Volte - face de l’Armée, Assimi Goïta décharge de leurs prérogatives les dirigeants de transition

| Tuesday, 05.25.2021, 01:28 PM |   (177 views)



Stupeur au Mali, le pays bascule depuis lundi dans une totale incertitude,  Le colonel Assimi Goïta, vice-président du Mali, a annoncé ce mardi avoir démis de leurs fonctions le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, arrêtés la veille par des membres de l'armée. Le colonel Assimi Goita a aussi assuré que les élections se tiendront en 2022.

Assimi Goïta a indiqué, dans une déclaration lue à la télévision publique par un collaborateur en uniforme, que "le processus de transition suivra son cours normal et que les élections prévues se tiendront courant 2022".
Le colonel Goïta, à la tête des putschistes qui avaient renversé le président élu Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août 2020, a reproché au président Bah Ndaw et au Premier ministre Moctar  Ouane d'avoir formé un nouveau gouvernement sans se concerter au préalable avec lui, bien qu'il soit en charge de la défense et de la sécurité, domaines cruciaux dans un pays en pleine tourmente.

"Une telle démarche témoigne d'une volonté manifeste du président de la transition et du Premier ministre d'aller vers une violation de la charte de transition (...), d'où une intention avérée de sabotage de la transition", a-t-il dit.

La charte, grandement rédigée par les colonels, est un texte référence de la transition censée ramener des civils au pouvoir.
Le colonel Goïta dit s'être vu "dans l'obligation d'agir" et de "placer hors de leurs prérogatives le président et le Premier ministre ainsi que toutes les personnes impliquées dans la situation"

              Condamnation unanime des instances internationales


C’est à une grande unanimité et dans un communiqué conjoint que la CEDEAO,  Communauté des États ouest-africains, la MINUSMA,  mission de l'ONU au Mali,   l'Union africaine, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni l'Allemagne et l'Union européenne  "exigent la libération immédiate et inconditionnelle" du président et du Premier ministre de transition arrêtés dans la journée avec certains de leurs collaborateurs.




Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé dans un tweet "au calme" au Mali et à la "libération inconditionnelle" de ses dirigeants civils, arrêtés dans la journée par les militaires.

Selon des diplomates, le Conseil de sécurité de l’ONU pourrait tenir une réunion d’urgence dans les prochains jours sur la situation au Mali.
Le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, est annoncé dès ce mardi à Bamako, a-t-on appris de sources diplomatiques.





(Votes: 0)